Quand on habite sur l'ile de Victoria, le métro est le moyen le plus rapide pour aller au marché aux fleurs. On pourrait aussi prendre le Star Ferry, puis le bus et descendre à cet arrêt de métro, dont je ne sais plus le nom, (ce doit être Nathan Road) mais que je revois très bien. Si on va tout droit en sortant on trouve le marchand d'instruments de musique, 108-118 Prince Edward Road, (sur internet il semble ne plus exister) et si on va en sens inverse on trouve le marché aux fleurs après quelques centaines de mètres.

Le marché aux fleurs est une succession de boutiques plus ou moins spécialisées où les prix sont sans comparaison avec ceux qu'on trouve en ville, ni surtout avec ceux qui se pratiquent à Paris. Pourtant, toutes ces fleurs, même celles qui semblent le plus exotiques viennent par avion de Hollande. Cela a peut être changé mais il y a dix ans c'était le cas.

 Même si elles viennent de Hollande les fleurs ne sont pas celles que l'on voit couramment chez nous. Il y a des boutons de lotus bleus, qui voudront bien s'ouvrir, si nous les choisissons soigneusement et si nous consentons à régler la clim sur une allure modérée. Il ne faut pas hésiter à prendre de gros bouquets et au besoin acheter le vase qui convient, que l'on trouve sur place pour un prix très modique.

 On y vendait également ces petits bambous d'eau couverts de pousses, maintenant tous nos fleuristes en proposent, mais à l'époque c'était une curiosité.

 Au fond du marché aux fleurs, il y a un jardin public et le marché aux oiseaux. S'y vendent toutes sortes de volatiles, et leurs répliques artificielles que préféreront les touristes. On y voit aussi toutes sortes de cages, certaines de très grande qualité vendues au prix qui va avec Nous étions décidés, Michelle et moi d'en acquérir une de grand prix, hélas ma fille nous a devancés et nous a offert une production bon marché.

 Mais le grand intérêt de ce marché vient surtout des hommes, souvent âgés, qui font prendre l'air à leurs oiseaux en cage. Pendant que leurs propriètaires font la causette, ces petites bêtes bavardent avec leurs congénaires en vente chez les marchands, c'est assez bruyant mais tellement sympathique. Si on aime pas le bruit il faut s'écarter dans le jardin et observer les grands pères qui discutent ensemble de leurs petits compagnons, c'est plus sympatique que les concentrations de réductions canines qui encombrent les bancs de nos parcs.

 En quittant la marché, il ne faut pas manquer de l'autre côté de l'avenue, les boutiques qui vendent le « tofu odorant » à côté d'autres qui servent des parts de durian. Personnellement je ne suis pas agressé par l'odeur très décriée du durian, mais je ne suis pas du tout attiré par le « smely tofu ».

 On en profitera pour revenir vers la bras de mer au travers du marché aux légumes et à toutes sortes de choses, comme des vêtements bon marché et diverses contrefaçons. Toutefois, attention aux douaniers en rentrant à la maison, la mauvaise copie de Rolex atteindrait alors le prix d'une véritable.